Heureux ceux qui

14/53

La spiritualité de la loi

“Je ne suis pas venu pour abolir, mais pour accomplir.”

Ce fut Jésus-Christ lui-même qui proclama la loi de Dieu du haut des rochers formidables et enflammés du Sinaï, au milieu des grondements du tonnerre. Le sommet de la montagne, ébranlée tout entière par la présence de l'Éternel, était enveloppé du feu de la gloire de Dieu. Saisies d'une sainte terreur, prosternées le visage contre terre, les armées d'Israël entendaient énoncer les préceptes sacrés de la loi. Quel contraste entre cette scène et celle du Sermon sur la montagne! HCQ 43.1

C'est en effet sous un ciel d'été et dans un silence à peine troublé par le chant des oiseaux que Jésus exposa avec tant d'amour les règles de son royaume, à savoir les principes mêmes de la loi du Sinaï. HCQ 43.2

Lors de la scène du mont Sinaï, Israël, dégradé par un long esclavage en Égypte, avait grand besoin d'être pénétré de la puissance et de la majesté divines; Dieu pourtant se révéla à lui comme un Dieu d'amour. HCQ 43.3

L'Éternel est venu de Sinaï,
Il s'est levé sur eux de Séir,
Il a resplendi de la montagne de Paran,
Et il est sorti du milieu des saintes myriades:
Il leur a, de sa droite, envoyé le feu de la loi.
Oui, il aime les peuples;
Tous ses saints sont dans ta main.
Ils se sont tenus à tes pieds,
Ils ont reçu tes paroles.
HCQ 43.4

Deutéronome 33:2, 3. HCQ 43

Voici en quelles paroles, héritage inoubliable et séculaire, Dieu montra sa gloire à Moïse: “L'Éternel, l'Éternel, Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté et en fidélité, qui conserve son amour jusqu'à mille générations, qui pardonne l'iniquité, la rébellion et le péché.” Exode 34:6, 7. HCQ 43.5

La loi du Sinaï était l'énoncé du principe de l'amour. Elle révélait à la terre la loi du Ciel. Elle fut confiée à un Médiateur dont la divine puissance amènerait les hommes à aimer ses exigences. Dieu en avait indiqué le but à Israël par ces paroles: “Vous serez pour moi des hommes saints.” Exode 22:31. HCQ 44.1

Mais Israël n'avait pas saisi le caractère spirituel de la loi et trop souvent son obéissance n'était que formalisme, et non élan du cœur. Dans son caractère et dans sa vie, Jésus refléta les attributs de Dieu: la sainteté, la bienveillance, l'amour paternel. Il soulignait l'inutilité d'une obéissance purement extérieure. Mais les chefs juifs, qui ne comprenaient pas ses paroles, l'accusèrent de considérer avec trop de légèreté les exigences de la loi. Et, quand il leur présenta les vérités fondamentales de l'obéissance demandée par Dieu, aveuglés par les formes, ils l'accusèrent de chercher à annuler la loi. HCQ 44.2

Quoique prononcées avec calme, les paroles de Jésus étaient empreintes d'une fermeté et d'une puissance qui touchaient les cœurs. Les pharisiens s'attendaient à l'entendre parler des traditions des rabbins et de leurs ordonnances; mais il n'en fit rien, et “ils étaient frappés de sa doctrine; car il enseignait comme ayant autorité, et non pas comme leurs scribes”. Matthieu 7:29. Ils sentirent la différence considérable qui existait entre leur enseignement et le sien. Ils virent que la majesté, la pureté et la beauté de la vérité, ainsi que sa profonde et douce influence, s'emparaient de nombreux esprits et que l'amour et la tendresse du Sauveur lui gagnaient tous les cœurs. Les rabbins comprirent que sa doctrine allait anéantir leur enseignement en renversant le mur qui les séparait du peuple et qui flattait tant leur orgueil et leur exclusivisme. Aussi, redoutant qu'il n'attirât tous les hommes à lui si on ne l'en empêchait, devenant nettement hostiles, ils guettèrent l'occasion de le décrier aux yeux du peuple et permirent ainsi au Sanhédrin de le condamner à mort. HCQ 44.3

Des espions observaient attentivement Jésus tandis que, sur la montagne, il exposait les principes de la justice. Encouragés par les pharisiens, certains parmi le peuple murmuraient que son enseignement s'opposait aux préceptes que Dieu avait donnés au Sinaï. Accusation gratuite, car rien dans les paroles du Sauveur ne pouvait jeter le moindre doute dans l'esprit de ses auditeurs sur les institutions qu'il avait lui-même données à Moïse. Mais, comme cette pensée agite bien des cœurs, Jésus va faire une déclaration indiquant nettement son attitude à l'égard des préceptes divins: “Ne croyez pas, proclame-t-il, que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes.” HCQ 44.4

C'est le Créateur des hommes, l'Auteur même de la loi, qui déclare qu'il n'a pas l'intention d'abolir ses commandements. Dans la nature, tout, depuis le grain de poussière qui danse dans le rayon de soleil, jusqu'aux mondes qui nous entourent, tout est soumis à des lois. L'ordre et l'harmonie de l'univers sont fondés sur elles. Sa vie et son bien-être dépendent de la soumission des êtres intelligents aux principes de justice qui règlent leur existence à tous. La loi de Dieu existait bien avant la création du monde. Les anges sont gouvernés par elle et, pour que l'harmonie règne entre le ciel et la terre, l'homme doit, lui aussi, obéir aux ordres de Dieu. Dans le jardin d'Éden, “alors que les étoiles du matin éclataient en chants d'allégresse, et que tous les fils de Dieu poussaient des cris de joie” (Job 38:7), le Christ avait fait connaître à Adam les principes de sa loi; donc sa mission terrestre ne pouvait pas consister à détruire cette loi; au contraire, il venait rendre l'homme capable de s'y soumettre. HCQ 45.1

Le disciple bien-aimé, qui entendit les paroles de Jésus sur la montagne et qui, fort longtemps après, écrivit sous l'inspiration du Saint-Esprit, parle de la loi comme devant être observée perpétuellement. “Le péché, dit-il, est la transgression de la loi” et “quiconque pèche transgresse la loi”. 1 Jean 3:4. Il montre clairement que la loi dont il s'agit est “un commandement ancien” (1 Jean 2:7) qui existait dès le commencement, avant la création, et qui fut répété plus tard sur le Sinaï. HCQ 45.2

Parlant de cette loi, Jésus déclare: “Je ne suis pas venu pour abolir, mais pour accomplir.” Le mot “accomplir” qui se trouve ici a le même sens que dans les Paroles de Jésus à Jean-Baptiste: “Il est convenable que nous accomplissions tout ce qui est juste” (Matthieu 3:15), c'est-à-dire: il est convenable que nous répondions aux exigences de la loi en donnant un exemple de soumission parfaite à la volonté de Dieu. HCQ 45.3

Sa mission était de montrer la magnificence de cette loi et d'en dégager la spiritualité; de la faire respecter et d'en présenter l'étendue ainsi que les exigences éternelles. HCQ 46.1

La divine beauté du caractère de Jésus reflète celui du Père et l'éclat de sa gloire. Les hommes les plus réputés pour leur douceur, leur bonté ou leur grandeur d'âme ne peuvent donner qu'une très faible image du Rédempteur dont Salomon, sous l'inspiration de l'Esprit, disait: “Il se distingue entre dix mille. [...] Toute sa personne est pleine de charme” (Cantique des cantiques 5:10, 16); et de qui David en vision déclarait prophétiquement: “Tu es le plus beau des fils de l'homme.” Psaumes 45:3. Rempli d'abnégation pendant son pèlerinage d'amour sur la terre, il a été une illustration vivante du caractère de la loi de Dieu. Il a manifesté dans sa vie l'amour et les principes divins qui sont à la base des lois de la justice éternelle. HCQ 46.2

“Tant que le ciel et la terre ne passeront point, dit Jésus, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu'à ce que tout soit arrivé.” En observant la loi, Jésus a fait ressortir son immuabilité et a montré que, par sa grâce, les fils et les filles d'Adam peuvent parfaitement s'y conformer. Il a déclaré, sur la montagne, que pas un trait de lettre n'en disparaîtrait avant que tout ce qui concerne la race humaine et le plan du salut soit accompli. Il n'enseigne pas que la loi doit être abrogée, mais, portant ses regards jusqu'au point le plus éloigné de l'horizon humain, et afin que nul ne se méprenne sur le but de sa mission, il nous assure que, jusqu'à ce que ce point soit atteint, la loi conservera toute son autorité. Aussi longtemps que le ciel et la terre subsisteront, les saints principes de la loi de Dieu subsisteront également. Sa justice, “comme les montagnes de Dieu” (Psaumes 36:7), sera une source intarissable de bénédictions dont les ruisseaux couleront pour rafraîchir la terre. HCQ 46.3

La loi de l'Éternel étant parfaite, et, par conséquent, immuable, les pécheurs ne peuvent, par leur seule force, satisfaire à ses exigences. C'est pour cela même que le Fils de Dieu a dû venir ici-bas. Sa mission était de rendre les hommes participants de la nature divine et de rétablir l'harmonie rompue entre eux et les principes de la loi du ciel. Quand, acceptant Jésus pour notre Sauveur, nous renonçons au péché, nous exaltons la loi de Dieu. L'apôtre Paul demande: “Anéantissons-nous donc la loi par la foi? [...] Au contraire, nous confirmons la loi.” Romains 3:31. HCQ 46.4

Telle est la promesse de la nouvelle alliance: “Je mettrai mes lois dans leurs cœurs, et je les écrirai dans leur esprit.” Hébreux 10:16. S'il est vrai que le système des symboles, désignant Jésus comme l'agneau de Dieu qui ôte le péché du monde, devait prendre fin à la mort du Christ, il n'est pas moins vrai que les principes de justice contenus dans le Décalogue sont, eux, aussi immuables que le trône éternel de Dieu. Pas un commandement n'a été annulé, pas un iota ni un trait de lettre n'ont été changés. Les principes, reconnus en Éden comme la grande loi de la vie, subsisteront sans modification jusqu'à la restauration du paradis. Quand l'Éden refleurira sur la terre, toutes les créatures qui se meuvent sous le soleil obéiront à la divine loi de l'amour. HCQ 47.1

“À toujours, ô Éternel! Ta parole subsiste dans les cieux.” Psaumes 119:89. “Toutes ses ordonnances sont véritables, affermies pour l'éternité, faites avec fidélité et droiture.” Psaumes 111:7, 8. “Dès longtemps, je sais par tes préceptes que tu les as établis pour toujours.” Psaumes 119:152. HCQ 47.2